Création de bijoux, tricot, couture… Le renouveau de la tradition couturière lors du confinement.

0
81

Les nombreux confinements des derniers mois nous ont permis de nous concentrer sur les petits plaisirs du quotidien. Si nombre d’entre-nous se sont (re)découvert une passion pour la boulangerie ou la pâtisserie, la couture est indéniablement l’autre activité qui a le remporté le plus d’adeptes pendant cette période !

Quel est l’origine de ce phénomène ? Peut-on parler d’un retour aux pratiques traditionnelles, à la transformation des modes de consommations ? Cette pratique va-t-elle se pérenniser au sortir de la pandémie ?

Tous confinés, tous couturiers

Lors du premier confinement, les Français ont retissé des liens avec un métier vieux de sept siècles : la couture. Parce qu’avec les magasins fermés il a bien fallu apprendre à fabriquer, réparer ou recycler… Mais aussi grâce à la mise en lumière des carences sanitaires en matière de protection qui ont jaillies lors de ce 1er confinement, via un vaste mouvement de solidarité dans la confection de masques. Ainsi, La machine à coudre est devenue essentielle, le « must have » du confinement. Car le monde entier a dû rester chez soi et a voulu faire quelque chose d’utile en se faisant plaisir : la couture à la maison est venue remplir ce rôle.

En plus de la machine à coudre, toute bonne couturière doit disposer d’articles de mercerie dans ses tiroirs. Nous nous vous recommandons d’investir dans des articles de mercerie de qualité pour éviter d’endommager votre machine avec des aiguilles qui se cassent facilement et du fil bas de gamme. Optez pour des aiguilles de bonne qualité et pensez à les acheter en différentes tailles. Le choix des tissus compte aussi pour beaucoup dans la réussite de vos premiers essais. Ils peuvent effectivement être plus ou moins faciles à travailler lorsque vous débutez dans cette activité. Il vaut donc mieux s’assurer de commencer avec des tissus adaptés si vous voulez commettre le moins d’erreurs possible.

Le revival de la couture sera-t-il durable ?

Les confinements ont accentué une tendance de fond en cours depuis quelques années : celle d’un certain retour aux sources, au fait-main, au naturel, à un rythme de vie moins effréné, à l’écoresponsabilité. La pratique de la couture en est une belle illustration. La pandémie a remis au goût du jour patrons, aiguilles et machines à coudre, et pas seulement pour fabriquer des masques. Le fait maison a la cote auprès d’acheteurs en quête de sens.

En conclusion, nous pourrions avancer que cette tendance risque de perdurer car quand on redécouvre les vertus sur le mental et l’organisme de la couture maison, qu’on en mesure les bénéfices à la fois économiques et valorisants, on ne revient jamais tout à fait en arrière.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ajouter un commentaire
Votre nom